Châtenois / Agent des services intérieurs H/F

Offre d’emploi: Châtenois / Agent des services intérieurs H/F

Service: Service d’accueil de jour Le Moulin

Ville: Châtenois (67)

Contrat: CDI temps plein

Poste à pourvoir: à partir du 15 mars 2021

Plus d’informations sur la fiche de poste.

Descriptif de poste




Châtenois / Médecin directeur technique en Camsp (H/F)

Offre d’emploi: Châtenois / Médecin directeur technique (H/F)

Service: Camsp (Centre d’action médico-sociale précoce)

Ville: Châtenois (67)

Contrat: CDD de remplacement, 0,40 ETP minimum idéalement 0,60 (mi-temps possible sur 2 jours par semaine)

Poste à pourvoir: de mai 2021 à juillet 2022

Plus d’informations sur la fiche de poste.

Descriptif de poste




Sélestat / Educateur spécialisé (H/F)

Offre d’emploi: Educateur spécialisé (H/F)

Service: SAVS

Ville: Sélestat (67)

Contrat: CDD de remplacement, temps plein

Poste à pourvoir: du 1er mars au 17 mai 2021

Plus d’informations sur la fiche de poste.

Descriptif de poste




Sélestat / Aide-soignant (H/F)

Offre d’emploi: Aide-soignant (H/F)

Service: Foyer d’hébergement Rue du Tabac

Ville: Sélestat (67)

Contrat: CDI – 0.70 ETP

Candidatures: avant le 8 janvier 2021

Plus d’informations sur la fiche de poste.

Descriptif de poste




Fêtes de fin d’année et vaccination au menu de la cellule de crise

Fêtes de fin d’année et vaccination au menu de la cellule de crise

La cellule de crise de l’Apei Centre Alsace s’est réunie le mardi 15 décembre pour aborder deux sujets d’actualité: les retours en famille pendant les fêtes et la campagne de vaccination à venir en début d’année pour les personnes âgées.

personnes réunies autour d'une table

La cellule de crise de l’Apei Centre Alsace s’est réunie pour préparer notamment les fêtes de fin d’année pour les résidents © Françoise Digel – Apei Centre Alsace

Les fenêtres, qui avaient été ouvertes pour aérer la salle de réunion du SAVS-Samsah, sont refermées. La réunion est prête à commencer. Une dizaine de représentants de différents services s’installent autour de Maxime Herrgott, directeur général de l’Apei Centre Alsace. Le Dr Anne-Laure Dellinger, médecin du Camsp (Centre d’action médico-sociale précoce) d’Alsace Centrale, assiste à la réunion en visioconférence.

L’ordre du jour est précis, en pleine actualité. Comment mettre en place les nouvelles recommandations du gouvernement pour les retours en famille des personnes accueillies en foyer d’hébergement (L’Ancienne Cour et Rue du Tabac) et en foyer d’accueil médicalisé et/ou spécialisé (Le Castel, Le Charme, Le Châtaignier) ? Comment préparer la campagne de vaccination qui doit démarrer en janvier ?

Retours en famille: des tests selon les cas…

Les retours en famille sont importants, peut-être encore plus cette année après près de dix mois de crise sanitaire. Mais il faudra veiller aux gestes barrière et aux mesures de distanciation, sensibiliser les familles en ce sens en amont, ainsi que les personnes accompagnées à leur retour.

Tout d’abord, l’autoquestionnaire des familles sera adapté aux fêtes, notamment la question du nombre de personnes présentes au repas. «C’est toute la complexité de ce déconfinement. Certaines personnes rentrent déjà le week-end, mais là, il faut ajouter les risques liés aux fêtes», rappelle le Dr Dellinger, qui préconise l’élaboration d’une plaquette spécifique dédiée aux familles reprenant les risques et les mesures à mettre en place spécifiquement. Les familles seront informées de ces nouvelles dispositions, du temps sera pris avec elles dans chaque foyer pour les responsabiliser, le tout dans la bienveillance.

Pour les retours en foyer, les mesures seront différenciées selon les retrouvailles familiales et les lieux d’hébergement.

Pour les personnes qui reviennent en foyer après plusieurs jours passés en famille, un test PCR sera réalisé, suivi d’un temps de confinement strict en chambre, le temps que le résultat arrive. Les personnes bénéficieront aussi d’une surveillance accrue pendant sept jours.

Pour les personnes qui rentrent juste pour un repas dans un cercle familial réduit, il n’y aura pas de test, mais la surveillance restera de mise.

Pour les personnes qui rentrent pour un repas lors duquel la cellule familiale est élargie, un test PCR est réalisé au retour. L’autoquestionnaire des familles prendra là toute son importance.

Les personnes qui partent en famille et veulent fêter Nouvel An dans leur foyer d’hébergement devront impérativement être de retour au plus tard le 28 décembre afin qu’elles puissent être testées et obtenir le résultat avant le réveillon. Elles aussi devront rester en chambre en attendant le résultat. Pour les foyers d’hébergement, les tests s’effectueront au centre de dépistage de Sélestat. Pour les foyers du Pôle SAM (Santé accompagnement médicalisé) de Châtenois, les infirmières pourront s’en charger.

Se pose le cas particulier du Charme. Etant donné que des résidents vont rentrer plusieurs jours et que certains ne peuvent ni être testés, ni isolés, le confinement se fera par logis à leur retour.

«Quid des personnes qui refusent de se faire tester?», demande une chef de service. Dans ce cas, la personne sera de fait isolé dans sa chambre durant sept jours, ceci afin de garantir la sécurité des autres résidents.

Les tests ne concernent que les foyers, pas les services fermés pendant les vacances (accueil de jour Le Moulin, Esat L’Évasion). L’autoquestionnaire des familles sera suffisant.

Selon le psychologue, la privation de libertés est de plus en plus difficile à vivre pour tous. Les résidents, en particulier, sont en demande de temps festifs, d’activités. «Le ras-le-bol est général», confirme une chef de service. Maxime Herrgott rappelle que les animations collectives sont tout à fait possibles et encouragées, «en petits groupes et dans le respect des gestes barrière et de distanciation».

Vaccination: en attente de précisions

Quant à la vaccination, la campagne doit débuter courant janvier, d’abord pour les Ehpad et pour les personnes âgées en Foyer d’accueil médicalisé. Des services du Pôle SAM sont donc concernés. L’âge retenu pour les personnes en situation de handicap n’a pas encore été défini.

En attendant plus de précisions du gouvernement, une équipe travaillera sur la communication de cette campagne de vaccination, qui précisera des éléments scientifiques. Le document sera transcrit en Falc (Facile à lire et à comprendre), pour que chacun puisse comprendre le sens et l’intérêt de la vaccination collective.

Les personnes se lèvent, rouvrent les fenêtres. La réunion est terminée.




Châtenois / Coordonnateur de parcours (H/F)

Offre d’emploi: Coordonnateur de parcours (H/F)

Service: Service d’accueil de jour Le Moulin

Ville: Châtenois (67)

Contrat: CDI – temps complet

Plus d’informations sur la fiche de poste.

Descriptif de poste




Le magazine Via la vie de décembre 2020 est sorti

Le magazine Via la vie #64 de décembre 2020 est sorti

Au sommaire

  • Editorial
    « Des liens de solidarité », par Alexandre Krauth, président de l’Apei Centre Alsace
  • Dossier
    Faire face à la seconde vague
  • Focus
    Un nouveau site web pour présenter l’Apei Centre Alsace
  • Actualités
    Médiation animale à Rhinau pour le Châtaignier
    Reprise de l’équithérapie pour Le Charme
    Camsp: le secrétariat fait peau neuve
    Courtes retrouvailles à L’Évasion
    Le Centre ressources culture et handicap s’étoffe
    Cie de L’Évasion: les labos de création se poursuivent
    Trois projets artistiques pour toutes et tous
    Pas à pas au Castel
  • Vie des services
    Un été pour souffler… (tour des services en 10 pages)
    Le Moulin solidaire
    SAVS-Samsah: tout feu contre les flammes
    Hommages
  • Divers
    Jeux

 

Téléchargements
Via la vie #64 – Décembre 2020

 




Des liens de solidarité

Alexandre Krauth – Archives Apei Centre Alsace

Début novembre, après une accalmie cet été, la reprise de la pandémie de la Covid-19 – et donc la dégradation du contexte sanitaire – a conduit le président de la République à mettre en œuvre un nouveau confinement. Cette décision a été prise pour protéger nos concitoyens les plus fragiles et éviter une saturation des capacités de réanimation. Il est, par conséquent, essentiel de nous mobiliser collectivement pour protéger les personnes en situation de handicap, les familles et leurs aidants. Même si pour la majorité des personnes, l’infection par le coronavirus n’aura pas de conséquence majeure, n’obligeons pas les médecins à devoir faire un triage de catastrophe: qui sauver et qui laisser mourir? Les professionnels des établissements de l’Apei Centre Alsace sont mobilisés pour la continuité de l’accueil, de l’accompagnement et des soins des personnes en situation de handicap.

À l’approche de la fin de l’année nous pouvons dire que Fêtes de Noël et Covid-19 ne font pas bon ménage. Même s’il est un peu tôt pour se prononcer, après l’annulation de différentes festivités de fin d’année dans les villes et villages, ces temps de retrouvailles vont devoir prendre une forme différente de ce que nous connaissions, l’objectif étant d’éviter la contamination et une nouvelle vague.

Les liens de solidarité qui nous unissent, parents, professionnels, bénévoles sont à maintenir et à renforcer. Nous devons nous assurer d’avoir un lien actif et permanent avec les familles et d’être en mesure d’avoir un suivi régulier au domicile des personnes en situation de handicap. Nous avons appris du premier confinement et un questionnaire a été envoyé aux familles pour connaître leurs attentes.

Cultivez l’amour, l’espoir, la solidarité, soyez créatifs et révélez votre personnalité. Comme vous le savez, cette situation inédite évoluera au cours des prochaines semaines.

Prenez surtout soin de vous et de vos proches.

– Alexandre Krauth, président de l’Apei Centre Alsace

Editorial paru dans le #64 de Via la vie (décembre 2020).




Covid-19: faire face à la seconde vague

Covid-19: faire face à la seconde vague

Station de désinfection à l'entrée de la Rue du Tabac

Des stations de désinfection ont été installées dans chaque entrée © Apei Centre Alsace

L’Apei Centre Alsace disposait depuis 2007 d’un Plan bleu, outil de pilotage pour l’ensemble des services en temps de crise. Réactualisé en 2014 et en 2016, suite notamment à des épisodes caniculaires, il a à nouveau été mis à jour cet été, en raison de la pandémie de Covid-19. Dès que le Plan bleu est mis en œuvre, une cellule de crise est activée. Comment tout cela s’organise-t-il? Que trouve-t-on dans le Plan bleu? Qui y participe? Réponses en sept points.

 

1. Utilité du Plan bleu

Un Plan bleu permet d’anticiper les conséquences d’un événement en améliorant réactivité et efficacité. L’objectif, en l’occurrence, est de préserver une organisation optimale des missions médico-sociales de l’association ainsi que la santé des résidents et des personnes accompagnées. Le tout à travers un plan de continuité, car il s’agit de maintenir l’activité d’hébergement, tout en protégeant les personnes exposées, et d’assurer la continuité des accompagnements, sur place ou à domicile, prioritairement pour les personnes les plus vulnérables et fragiles.

Deux personnes avec des masques autour d'une table

Voisins de palier Rue du Tabac, Pascal et Cédric peuvent discuter en toute sécurité. Les espaces intérieurs et extérieurs ont été réaménagés pour permettre la distanciation © Apei Centre Alsace

 

2. La cellule de crise

À l’Apei Centre Alsace, la cellule de crise est une instance de décision qui anticipe ou limite les impacts (prévention, protection, stratégie…). Elle se réunit en fonction des besoins et prend en compte les informations dont elle dispose, qu’elle analyse et structure, pour apporter une réponse cohérente, stratégique et opérationnelle.

La cellule de crise était jusqu’à présent essentiellement technique, composée de la direction (le directeur général, les directeurs et adjoints des pôles et sites), le médecin coordonnateur, une infirmière, un chef de service par pôle, un représentant du Comité social et économique et fonctionnait en lien avec les instances associatives.

Depuis octobre, le président (ou son représentant) y est directement associé. S’y ajoute un psychologue pour les questions relevant de l’éthique et de l’accompagnement psychologique, la chargée de communication de l’Esat L’Évasion et l’assistante de direction du Siège.

 

3. Objectifs du Plan bleu

Réunion au SAVS autour du Plan bleu

En plus des réunions de crise au siège, chaque service a participé à l’actualisation du Plan bleu, comme le SAVS et le Samsah © Apei Centre Alsace

L’actualisation du Plan bleu répond à plusieurs objectifs: mieux définir l’accompagnement par les services en précisant les modalités d’intervention et de maintien des services.

Fondamental, l’accompagnement individuel de proximité est privilégié, avec des moyens humains suffisants et adaptés, y compris lorsque la personne est confinée dans sa famille. Un travail d’écoute est proposé afin d’éviter tout risque de décompensation.

De même, les liens avec les familles (ou les représentants légaux) restent une priorité et sont organisés quelle que soit la situation.

 

4. Organisation

En cas de besoin, l’activité des établissements peut être réduite pour se concentrer sur les tâches essentielles, en affectant l’effectif disponible à ces missions. Ainsi, au printemps dernier, des professionnels de différents services dont l’accueil du public a été suspendu (Le Moulin, Camsp, L’Évasion, SAVS-Samsah) ont été redéployés dans les établissements dont la situation requérait ces renforts.

Les activités complémentaires (animations, sorties…) nécessitant la mobilisation de personnels plus nombreux et/ou comportant des risques de contamination peuvent être suspendues.

Enfin, le télétravail est mis en œuvre pour tous les métiers dont l’exercice n’est pas défini par la présence permanente ou quasi-permanente auprès de l’usager.

 

5. Approche individuelle

Le document définit également l’organisation des locaux et des circulations, notamment dans les foyers d’hébergement. Plutôt que de mettre en place un confinement général d’une structure, le Plan bleu préconise dorénavant une approche plus individuelle que collective, en lien avec l’autonomie des personnes. Au printemps dernier, certains établissements ont fermé à titre de précaution.

Ainsi, le Camsp a accompagné les familles à distance (échanges et soutiens téléphoniques et/ou électroniques, téléconsultations médicales, paramédicales et psychologiques, séances socio-éducatives en visio et même partage d’informations par Padlet, un nouvel outil mis en place par l’équipe).

Désormais, des visites à domicile respectant scrupuleusement les gestes barrières ou des séances sur site strictement encadrées seront proposées pour maintenir un lien réel avec certaines familles particulièrement fragiles.

 

6. Protocoles de sécurité

Registre à signer à l'entrée d'un foyer

Afin de permettre la traçabilité, des registres de visiteurs ont été installés à chaque entrée de site © Apei Centre Alsace

Des procédures ont été mises en place dès le premier confinement par le médecin coordinateur, des infirmières et les chefs de service. Il s’agissait d’organiser les mesures barrières, de créer des stations de désinfection des mains et un registre des visiteurs à l’entrée de chaque site, la signalétique au sol, des sens de circulation, de déterminer le nombre de personnes possibles par zone, etc.

Un exemple parmi d’autres: le foyer de L’Ancienne Cour. La démarche a inclus de manière différenciée le bâtiment principal et ses deux entités donnant toutes les deux sur la cour: les sept appartements avec deux entrées séparées et le petit immeuble de trois étages qui regroupe les bureaux administratifs et éducatifs, onze chambres et un appartement.

 

7. Gestion des stocks

Masques chirurgicaux

Le Plan bleu permet aussi de coordonner tous les besoins en masques, gel hydroalcoolique…

Autre point, non des moindres, le Plan bleu permet aussi de gérer les stocks, service par service, du matériel sanitaire indispensable: masques chirurgicaux, solution hydroalcoolique, blouses jetables, charlottes, sur-chaussures, visières de protection, gants, produits désinfectants…

 

Lire aussi dans notre Dossier
Le dispositif de soutien et d’écoute psychologique consolidé
Les familles invitées à s’exprimer
La colère de Nexem

 




Les familles invitées à s’exprimer

Les familles invitées à s’exprimer

Une personne du SAVS au téléphone

Les équipes du SAVS et du Samsah ont participé au maintien du lien avec les personnes accompagnées et les familles. Le questionnaire va leur permettre d’améliorer encore la communication © Apei Centre Alsace

 

L’Apei Centre Alsace a créé un questionnaire à destination des familles. Objectifs: recueillir leurs avis après le début de la crise sanitaire et leur parole, pour améliorer la communication et l’accompagnement.

Suite au vécu inédit que nous avons traversé avec cette crise sanitaire, Maxime Herrgott, le directeur général, a souhaité engager un travail auprès des familles pour recueillir leur parole, dans le but d’améliorer l’accompagnement de l’Apei Centre Alsace à l’égard des familles et des personnes accompagnées.

Un groupe de travail, composé d’administrateurs et de professionnels, a élaboré le questionnaire, en collaboration avec les équipes de chaque site. Ce travail a pu mettre en avant l’intérêt fort de s’appuyer sur la participation des familles pour faire évoluer les pratiques et avoir une transparence à leur égard.

Grâce aux retours, les équipes ont pu adapter et améliorer leur communication avec les familles et ajuster l’accompagnement. Cette intention a été bien accueillie par les proches, qui ont besoin de se sentir entendus pour maintenir la confiance qu’ils témoignent aux professsionnels.

– Catherine Maire

 


Six questions très pratiques

Du degré de satisfaction sur les décisions prises à l’Apei Centre Alsace durant la crise sanitaire à la communication entre les familles et l’établissement, des difficultés rencontrées durant le premier confinement (pas de solution de répit, manque de confiance pour laisser le résident dans son établissement, manque de lien social…) aux suggestions et besoins en cas de nouveau confinement (contacts téléphoniques, contacts en visio, présence à domicile, visite sur site, aide administrative…), le questionnaire était centré autour de six questions très pratiques.

 

Lire aussi dans notre Dossier
Covid-19: faire face à la seconde vague
Le dispositif de soutien et d’écoute psychologique consolidé
La colère de Nexem