Covid-19: faire face à la seconde vague

Covid-19: faire face à la seconde vague

Station de désinfection à l'entrée de la Rue du Tabac

Des stations de désinfection ont été installées dans chaque entrée © Apei Centre Alsace

L’Apei Centre Alsace disposait depuis 2007 d’un Plan bleu, outil de pilotage pour l’ensemble des services en temps de crise. Réactualisé en 2014 et en 2016, suite notamment à des épisodes caniculaires, il a à nouveau été mis à jour cet été, en raison de la pandémie de Covid-19. Dès que le Plan bleu est mis en œuvre, une cellule de crise est activée. Comment tout cela s’organise-t-il? Que trouve-t-on dans le Plan bleu? Qui y participe? Réponses en sept points.

 

1. Utilité du Plan bleu

Un Plan bleu permet d’anticiper les conséquences d’un événement en améliorant réactivité et efficacité. L’objectif, en l’occurrence, est de préserver une organisation optimale des missions médico-sociales de l’association ainsi que la santé des résidents et des personnes accompagnées. Le tout à travers un plan de continuité, car il s’agit de maintenir l’activité d’hébergement, tout en protégeant les personnes exposées, et d’assurer la continuité des accompagnements, sur place ou à domicile, prioritairement pour les personnes les plus vulnérables et fragiles.

Deux personnes avec des masques autour d'une table

Voisins de palier Rue du Tabac, Pascal et Cédric peuvent discuter en toute sécurité. Les espaces intérieurs et extérieurs ont été réaménagés pour permettre la distanciation © Apei Centre Alsace

 

2. La cellule de crise

À l’Apei Centre Alsace, la cellule de crise est une instance de décision qui anticipe ou limite les impacts (prévention, protection, stratégie…). Elle se réunit en fonction des besoins et prend en compte les informations dont elle dispose, qu’elle analyse et structure, pour apporter une réponse cohérente, stratégique et opérationnelle.

La cellule de crise était jusqu’à présent essentiellement technique, composée de la direction (le directeur général, les directeurs et adjoints des pôles et sites), le médecin coordonnateur, une infirmière, un chef de service par pôle, un représentant du Comité social et économique et fonctionnait en lien avec les instances associatives.

Depuis octobre, le président (ou son représentant) y est directement associé. S’y ajoute un psychologue pour les questions relevant de l’éthique et de l’accompagnement psychologique, la chargée de communication de l’Esat L’Évasion et l’assistante de direction du Siège.

 

3. Objectifs du Plan bleu

Réunion au SAVS autour du Plan bleu

En plus des réunions de crise au siège, chaque service a participé à l’actualisation du Plan bleu, comme le SAVS et le Samsah © Apei Centre Alsace

L’actualisation du Plan bleu répond à plusieurs objectifs: mieux définir l’accompagnement par les services en précisant les modalités d’intervention et de maintien des services.

Fondamental, l’accompagnement individuel de proximité est privilégié, avec des moyens humains suffisants et adaptés, y compris lorsque la personne est confinée dans sa famille. Un travail d’écoute est proposé afin d’éviter tout risque de décompensation.

De même, les liens avec les familles (ou les représentants légaux) restent une priorité et sont organisés quelle que soit la situation.

 

4. Organisation

En cas de besoin, l’activité des établissements peut être réduite pour se concentrer sur les tâches essentielles, en affectant l’effectif disponible à ces missions. Ainsi, au printemps dernier, des professionnels de différents services dont l’accueil du public a été suspendu (Le Moulin, Camsp, L’Évasion, SAVS-Samsah) ont été redéployés dans les établissements dont la situation requérait ces renforts.

Les activités complémentaires (animations, sorties…) nécessitant la mobilisation de personnels plus nombreux et/ou comportant des risques de contamination peuvent être suspendues.

Enfin, le télétravail est mis en œuvre pour tous les métiers dont l’exercice n’est pas défini par la présence permanente ou quasi-permanente auprès de l’usager.

 

5. Approche individuelle

Le document définit également l’organisation des locaux et des circulations, notamment dans les foyers d’hébergement. Plutôt que de mettre en place un confinement général d’une structure, le Plan bleu préconise dorénavant une approche plus individuelle que collective, en lien avec l’autonomie des personnes. Au printemps dernier, certains établissements ont fermé à titre de précaution.

Ainsi, le Camsp a accompagné les familles à distance (échanges et soutiens téléphoniques et/ou électroniques, téléconsultations médicales, paramédicales et psychologiques, séances socio-éducatives en visio et même partage d’informations par Padlet, un nouvel outil mis en place par l’équipe).

Désormais, des visites à domicile respectant scrupuleusement les gestes barrières ou des séances sur site strictement encadrées seront proposées pour maintenir un lien réel avec certaines familles particulièrement fragiles.

 

6. Protocoles de sécurité

Registre à signer à l'entrée d'un foyer

Afin de permettre la traçabilité, des registres de visiteurs ont été installés à chaque entrée de site © Apei Centre Alsace

Des procédures ont été mises en place dès le premier confinement par le médecin coordinateur, des infirmières et les chefs de service. Il s’agissait d’organiser les mesures barrières, de créer des stations de désinfection des mains et un registre des visiteurs à l’entrée de chaque site, la signalétique au sol, des sens de circulation, de déterminer le nombre de personnes possibles par zone, etc.

Un exemple parmi d’autres: le foyer de L’Ancienne Cour. La démarche a inclus de manière différenciée le bâtiment principal et ses deux entités donnant toutes les deux sur la cour: les sept appartements avec deux entrées séparées et le petit immeuble de trois étages qui regroupe les bureaux administratifs et éducatifs, onze chambres et un appartement.

 

7. Gestion des stocks

Masques chirurgicaux

Le Plan bleu permet aussi de coordonner tous les besoins en masques, gel hydroalcoolique…

Autre point, non des moindres, le Plan bleu permet aussi de gérer les stocks, service par service, du matériel sanitaire indispensable: masques chirurgicaux, solution hydroalcoolique, blouses jetables, charlottes, sur-chaussures, visières de protection, gants, produits désinfectants…

 

Lire aussi dans notre Dossier
Le dispositif de soutien et d’écoute psychologique consolidé
Les familles invitées à s’exprimer
La colère de Nexem