Fêtes de fin d’année et vaccination au menu de la cellule de crise

Fêtes de fin d’année et vaccination au menu de la cellule de crise

La cellule de crise de l’Apei Centre Alsace s’est réunie le mardi 15 décembre pour aborder deux sujets d’actualité: les retours en famille pendant les fêtes et la campagne de vaccination à venir en début d’année pour les personnes âgées.

personnes réunies autour d'une table

La cellule de crise de l’Apei Centre Alsace s’est réunie pour préparer notamment les fêtes de fin d’année pour les résidents © Françoise Digel – Apei Centre Alsace

Les fenêtres, qui avaient été ouvertes pour aérer la salle de réunion du SAVS-Samsah, sont refermées. La réunion est prête à commencer. Une dizaine de représentants de différents services s’installent autour de Maxime Herrgott, directeur général de l’Apei Centre Alsace. Le Dr Anne-Laure Dellinger, médecin du Camsp (Centre d’action médico-sociale précoce) d’Alsace Centrale, assiste à la réunion en visioconférence.

L’ordre du jour est précis, en pleine actualité. Comment mettre en place les nouvelles recommandations du gouvernement pour les retours en famille des personnes accueillies en foyer d’hébergement (L’Ancienne Cour et Rue du Tabac) et en foyer d’accueil médicalisé et/ou spécialisé (Le Castel, Le Charme, Le Châtaignier) ? Comment préparer la campagne de vaccination qui doit démarrer en janvier ?

Retours en famille: des tests selon les cas…

Les retours en famille sont importants, peut-être encore plus cette année après près de dix mois de crise sanitaire. Mais il faudra veiller aux gestes barrière et aux mesures de distanciation, sensibiliser les familles en ce sens en amont, ainsi que les personnes accompagnées à leur retour.

Tout d’abord, l’autoquestionnaire des familles sera adapté aux fêtes, notamment la question du nombre de personnes présentes au repas. «C’est toute la complexité de ce déconfinement. Certaines personnes rentrent déjà le week-end, mais là, il faut ajouter les risques liés aux fêtes», rappelle le Dr Dellinger, qui préconise l’élaboration d’une plaquette spécifique dédiée aux familles reprenant les risques et les mesures à mettre en place spécifiquement. Les familles seront informées de ces nouvelles dispositions, du temps sera pris avec elles dans chaque foyer pour les responsabiliser, le tout dans la bienveillance.

Pour les retours en foyer, les mesures seront différenciées selon les retrouvailles familiales et les lieux d’hébergement.

Pour les personnes qui reviennent en foyer après plusieurs jours passés en famille, un test PCR sera réalisé, suivi d’un temps de confinement strict en chambre, le temps que le résultat arrive. Les personnes bénéficieront aussi d’une surveillance accrue pendant sept jours.

Pour les personnes qui rentrent juste pour un repas dans un cercle familial réduit, il n’y aura pas de test, mais la surveillance restera de mise.

Pour les personnes qui rentrent pour un repas lors duquel la cellule familiale est élargie, un test PCR est réalisé au retour. L’autoquestionnaire des familles prendra là toute son importance.

Les personnes qui partent en famille et veulent fêter Nouvel An dans leur foyer d’hébergement devront impérativement être de retour au plus tard le 28 décembre afin qu’elles puissent être testées et obtenir le résultat avant le réveillon. Elles aussi devront rester en chambre en attendant le résultat. Pour les foyers d’hébergement, les tests s’effectueront au centre de dépistage de Sélestat. Pour les foyers du Pôle SAM (Santé accompagnement médicalisé) de Châtenois, les infirmières pourront s’en charger.

Se pose le cas particulier du Charme. Etant donné que des résidents vont rentrer plusieurs jours et que certains ne peuvent ni être testés, ni isolés, le confinement se fera par logis à leur retour.

«Quid des personnes qui refusent de se faire tester?», demande une chef de service. Dans ce cas, la personne sera de fait isolé dans sa chambre durant sept jours, ceci afin de garantir la sécurité des autres résidents.

Les tests ne concernent que les foyers, pas les services fermés pendant les vacances (accueil de jour Le Moulin, Esat L’Évasion). L’autoquestionnaire des familles sera suffisant.

Selon le psychologue, la privation de libertés est de plus en plus difficile à vivre pour tous. Les résidents, en particulier, sont en demande de temps festifs, d’activités. «Le ras-le-bol est général», confirme une chef de service. Maxime Herrgott rappelle que les animations collectives sont tout à fait possibles et encouragées, «en petits groupes et dans le respect des gestes barrière et de distanciation».

Vaccination: en attente de précisions

Quant à la vaccination, la campagne doit débuter courant janvier, d’abord pour les Ehpad et pour les personnes âgées en Foyer d’accueil médicalisé. Des services du Pôle SAM sont donc concernés. L’âge retenu pour les personnes en situation de handicap n’a pas encore été défini.

En attendant plus de précisions du gouvernement, une équipe travaillera sur la communication de cette campagne de vaccination, qui précisera des éléments scientifiques. Le document sera transcrit en Falc (Facile à lire et à comprendre), pour que chacun puisse comprendre le sens et l’intérêt de la vaccination collective.

Les personnes se lèvent, rouvrent les fenêtres. La réunion est terminée.




Covid-19: faire face à la seconde vague

Covid-19: faire face à la seconde vague

Station de désinfection à l'entrée de la Rue du Tabac

Des stations de désinfection ont été installées dans chaque entrée © Apei Centre Alsace

L’Apei Centre Alsace disposait depuis 2007 d’un Plan bleu, outil de pilotage pour l’ensemble des services en temps de crise. Réactualisé en 2014 et en 2016, suite notamment à des épisodes caniculaires, il a à nouveau été mis à jour cet été, en raison de la pandémie de Covid-19. Dès que le Plan bleu est mis en œuvre, une cellule de crise est activée. Comment tout cela s’organise-t-il? Que trouve-t-on dans le Plan bleu? Qui y participe? Réponses en sept points.

 

1. Utilité du Plan bleu

Un Plan bleu permet d’anticiper les conséquences d’un événement en améliorant réactivité et efficacité. L’objectif, en l’occurrence, est de préserver une organisation optimale des missions médico-sociales de l’association ainsi que la santé des résidents et des personnes accompagnées. Le tout à travers un plan de continuité, car il s’agit de maintenir l’activité d’hébergement, tout en protégeant les personnes exposées, et d’assurer la continuité des accompagnements, sur place ou à domicile, prioritairement pour les personnes les plus vulnérables et fragiles.

Deux personnes avec des masques autour d'une table

Voisins de palier Rue du Tabac, Pascal et Cédric peuvent discuter en toute sécurité. Les espaces intérieurs et extérieurs ont été réaménagés pour permettre la distanciation © Apei Centre Alsace

 

2. La cellule de crise

À l’Apei Centre Alsace, la cellule de crise est une instance de décision qui anticipe ou limite les impacts (prévention, protection, stratégie…). Elle se réunit en fonction des besoins et prend en compte les informations dont elle dispose, qu’elle analyse et structure, pour apporter une réponse cohérente, stratégique et opérationnelle.

La cellule de crise était jusqu’à présent essentiellement technique, composée de la direction (le directeur général, les directeurs et adjoints des pôles et sites), le médecin coordonnateur, une infirmière, un chef de service par pôle, un représentant du Comité social et économique et fonctionnait en lien avec les instances associatives.

Depuis octobre, le président (ou son représentant) y est directement associé. S’y ajoute un psychologue pour les questions relevant de l’éthique et de l’accompagnement psychologique, la chargée de communication de l’Esat L’Évasion et l’assistante de direction du Siège.

 

3. Objectifs du Plan bleu

Réunion au SAVS autour du Plan bleu

En plus des réunions de crise au siège, chaque service a participé à l’actualisation du Plan bleu, comme le SAVS et le Samsah © Apei Centre Alsace

L’actualisation du Plan bleu répond à plusieurs objectifs: mieux définir l’accompagnement par les services en précisant les modalités d’intervention et de maintien des services.

Fondamental, l’accompagnement individuel de proximité est privilégié, avec des moyens humains suffisants et adaptés, y compris lorsque la personne est confinée dans sa famille. Un travail d’écoute est proposé afin d’éviter tout risque de décompensation.

De même, les liens avec les familles (ou les représentants légaux) restent une priorité et sont organisés quelle que soit la situation.

 

4. Organisation

En cas de besoin, l’activité des établissements peut être réduite pour se concentrer sur les tâches essentielles, en affectant l’effectif disponible à ces missions. Ainsi, au printemps dernier, des professionnels de différents services dont l’accueil du public a été suspendu (Le Moulin, Camsp, L’Évasion, SAVS-Samsah) ont été redéployés dans les établissements dont la situation requérait ces renforts.

Les activités complémentaires (animations, sorties…) nécessitant la mobilisation de personnels plus nombreux et/ou comportant des risques de contamination peuvent être suspendues.

Enfin, le télétravail est mis en œuvre pour tous les métiers dont l’exercice n’est pas défini par la présence permanente ou quasi-permanente auprès de l’usager.

 

5. Approche individuelle

Le document définit également l’organisation des locaux et des circulations, notamment dans les foyers d’hébergement. Plutôt que de mettre en place un confinement général d’une structure, le Plan bleu préconise dorénavant une approche plus individuelle que collective, en lien avec l’autonomie des personnes. Au printemps dernier, certains établissements ont fermé à titre de précaution.

Ainsi, le Camsp a accompagné les familles à distance (échanges et soutiens téléphoniques et/ou électroniques, téléconsultations médicales, paramédicales et psychologiques, séances socio-éducatives en visio et même partage d’informations par Padlet, un nouvel outil mis en place par l’équipe).

Désormais, des visites à domicile respectant scrupuleusement les gestes barrières ou des séances sur site strictement encadrées seront proposées pour maintenir un lien réel avec certaines familles particulièrement fragiles.

 

6. Protocoles de sécurité

Registre à signer à l'entrée d'un foyer

Afin de permettre la traçabilité, des registres de visiteurs ont été installés à chaque entrée de site © Apei Centre Alsace

Des procédures ont été mises en place dès le premier confinement par le médecin coordinateur, des infirmières et les chefs de service. Il s’agissait d’organiser les mesures barrières, de créer des stations de désinfection des mains et un registre des visiteurs à l’entrée de chaque site, la signalétique au sol, des sens de circulation, de déterminer le nombre de personnes possibles par zone, etc.

Un exemple parmi d’autres: le foyer de L’Ancienne Cour. La démarche a inclus de manière différenciée le bâtiment principal et ses deux entités donnant toutes les deux sur la cour: les sept appartements avec deux entrées séparées et le petit immeuble de trois étages qui regroupe les bureaux administratifs et éducatifs, onze chambres et un appartement.

 

7. Gestion des stocks

Masques chirurgicaux

Le Plan bleu permet aussi de coordonner tous les besoins en masques, gel hydroalcoolique…

Autre point, non des moindres, le Plan bleu permet aussi de gérer les stocks, service par service, du matériel sanitaire indispensable: masques chirurgicaux, solution hydroalcoolique, blouses jetables, charlottes, sur-chaussures, visières de protection, gants, produits désinfectants…

 

Lire aussi dans notre Dossier
Le dispositif de soutien et d’écoute psychologique consolidé
Les familles invitées à s’exprimer
La colère de Nexem

 




Les familles invitées à s’exprimer

Les familles invitées à s’exprimer

Une personne du SAVS au téléphone

Les équipes du SAVS et du Samsah ont participé au maintien du lien avec les personnes accompagnées et les familles. Le questionnaire va leur permettre d’améliorer encore la communication © Apei Centre Alsace

 

L’Apei Centre Alsace a créé un questionnaire à destination des familles. Objectifs: recueillir leurs avis après le début de la crise sanitaire et leur parole, pour améliorer la communication et l’accompagnement.

Suite au vécu inédit que nous avons traversé avec cette crise sanitaire, Maxime Herrgott, le directeur général, a souhaité engager un travail auprès des familles pour recueillir leur parole, dans le but d’améliorer l’accompagnement de l’Apei Centre Alsace à l’égard des familles et des personnes accompagnées.

Un groupe de travail, composé d’administrateurs et de professionnels, a élaboré le questionnaire, en collaboration avec les équipes de chaque site. Ce travail a pu mettre en avant l’intérêt fort de s’appuyer sur la participation des familles pour faire évoluer les pratiques et avoir une transparence à leur égard.

Grâce aux retours, les équipes ont pu adapter et améliorer leur communication avec les familles et ajuster l’accompagnement. Cette intention a été bien accueillie par les proches, qui ont besoin de se sentir entendus pour maintenir la confiance qu’ils témoignent aux professsionnels.

– Catherine Maire

 


Six questions très pratiques

Du degré de satisfaction sur les décisions prises à l’Apei Centre Alsace durant la crise sanitaire à la communication entre les familles et l’établissement, des difficultés rencontrées durant le premier confinement (pas de solution de répit, manque de confiance pour laisser le résident dans son établissement, manque de lien social…) aux suggestions et besoins en cas de nouveau confinement (contacts téléphoniques, contacts en visio, présence à domicile, visite sur site, aide administrative…), le questionnaire était centré autour de six questions très pratiques.

 

Lire aussi dans notre Dossier
Covid-19: faire face à la seconde vague
Le dispositif de soutien et d’écoute psychologique consolidé
La colère de Nexem




Un nouveau site web pour présenter l’Apei Centre Alsace

Un nouveau site web pour présenter l’Apei Centre Alsace

L’association a développé un nouveau site internet. Une nouvelle formule qui se veut plus claire, plus complète, plus facilement accessible pour tous, sur tous les supports.

 

Pourquoi avoir créé un nouveau site internet?

Les sites internet ont beaucoup évolué ces dix dernières années. Il s’agissait pour l’Apei Centre Alsace de proposer un outil qui soit davantage en adéquation avec ce qui se fait actuellement. Soit un site plus clair, plus fonctionnel, plus lisible, «responsive», c’est-à-dire qui soit optimisé pour les tablettes et les téléphones mobiles –le terminal le plus souvent utilisé aujourd’hui pour surfer. Plus accessible aussi, pour tous les internautes.

Plus accessible?

Le site doit s’adresser à tous. Il faut, par exemple, que les résidents et travailleurs en situation de handicap déjà inscrits dans un parcours au sein de l’Apei Centre Alsace trouvent les informations les concernant, tout comme leurs proches. C’est pour cela qu’un travail a été fait sur l’accessibilité du site.

Ainsi, pour les personnes qui ont du mal à voir ou à lire, un onglet permet d’augmenter la taille des textes, de passer les pages en noir et blanc… Par ailleurs, les liens vers d’autres pages sont tous en vert clair et en gras, mais ils peuvent aussi être soulignés si besoin. Pour que les personnes malvoyantes puissent naviguer en autonomie, toutes les images proposent des textes alternatifs. Autre exemple: pour aider l’utilisateur à naviguer dans les pages sans se perdre, les menus sont présentés de manière claire. Un fil d’ariane («Vous êtes ici: Apei Centre Alsace…») permet de toujours savoir où l’on navigue. En outre, un moteur de recherche permet de trouver facilement une information.

L’accessibilité essentielle

Augmentation ou réduction de la taille des titres
et des textes, passage en niveaux de gris,
en couleurs inversées, possibilité de plein écran,
liens surlignés… Sur l’ensemble du site internet,
un clic sur l’onglet, en haut à droite de l’écran,
permet d’améliorer l’accessibilité.

 

 

Enfin, une rubrique FALC rassemble les articles rédigés en Facile à lire et à comprendre, documents qui vont s’enrichir au fur et à mesure.

Plus clair?

SAVS, Samsah, Camsp, FAM, FAS, Esat… L’accumulation de sigles peut faire peur, surtout quand une personne est perdue et cherche de l’aide. En dehors d’une mise en page plus aérée et d’une police plus lisible, que l’on retrouve dans la nouvelle formule de Via la Vie, l’Apei Centre Alsace voulait aussi que les personnes en situation de handicap et leurs proches trouvent facilement des informations sur l’association et ses services. Nous avons ainsi préféré des termes plus clairs à la place de tous les sigles…

À qui s’adresse ce nouveau site?

Le site doit être immédiatement compréhensible et accessible à tout un panel de visiteurs:

  • Les résidents et travailleurs en situation de handicap déjà inscrits dans un parcours au sein de l’Apei Centre Alsace, leurs parents et leurs proches.
  • Les familles d’enfants en situation de handicap (enfant ou adulte) qui cherchent de l’aide, les professionnels qui les entourent, intéressées par l’Apei Centre Alsace, les services qu’elle propose, les structures qu’elle gère, pour qu’elles trouvent facilement des informations.
  • Le conseil d’administration, les salariés, bénévoles, membres de l’association.
  • Les personnels des structures médico- sociales homologues.
  • La presse.
  • Les partenaires privés ou publics, les mécènes, les donateurs.

Quels sont les objectifs?

Ce site se doit d’être utile, avec des outils et une information pertinente pour tous les visiteurs. Il présente notamment l’association, son histoire, ses valeurs, son organisation, ses actions, ses structures (lire ci-dessous).

Il y a aussi des actualités?

Oui. L’idée est de faire paraître plus rapidement les articles après un événement. Il y aura ainsi davantage de passerelles avec le magazine Via la Vie, qui paraît deux fois par an.

Et un agenda…

Oui. Cet agenda annonce les événements de l’Apei Centre Alsace, qu’il s’agisse de la vie institutionnelle ou des concerts, spectacles, expositions de L’Évasion, des rendez-vous des sportifs de l’Asaca, des animations autour des cyclistes et de leur défi Paris 2024…

 


Le site internet est organisé autour de rubriques, de pages, d’articles…

Notre association

Présentation de l’Apei Centre Alsace, née il y a plus de 40 ans de la volonté de parents et d’amis d’enfants en situation de handicap, jeunes et adultes, avec des pages présentant son histoire (avec notamment une galerie de photos appelée à être enrichie), ses valeurs, le projet associatif, l’organisation

Nos actions

L’occasion de découvrir la démarche sociale et solidaire dans laquelle est investie l’Apei Centre Alsace, la démarche qualité, le service restauration, la notion de bientraitance, centrale au sein de l’association, les projets transversaux comme les activités pour tous, la justice pour tous ou encore la culture pour tous.

Nos services

Tous les services sont présentés, du siège social aux accompagnements (médico-social et vie sociale), de l’accueil de jour (Le Moulin) à l’enfance (Camsp et EPDA), des hébergements (L’Ancienne Cour et Rue du Tabac à Sélestat, Charme, Châtaignier et Castel à Châtenois), au sport (avec l’Asaca) et au travail (Esat artistique et culturel L’Évasion).

Nous aider

Il est possible d’aider l’association de plusieurs manières : en adhérent, en faisant un don, en faisant appel aux artistes de l’Esat L’Évasion, en s’engageant comme bénévole.

FALC

Les documents en Facile à lire et à comprendre vont se multiplier au fil des mois.

 

… des actus, un agenda 

Actualités

Le défi Sélestat-Paris à vélo avant les JO 2024, le vernissage des artistes de L’Ancienne Cour
à L’Évasion, la revue de presse… Trouvez toutes les Actualités de l’Apei Centre Alsace.

Agenda

Les rendez-vous culturels à L’Évasion? La prochaine rencontre sportive de l’Asaca? Retrouvez tous les rendez-vous dans la rubrique Agenda.

Ressources

Pour vous aider, une rubrique Ressources rassemble un glossaire des acronymes du milieu médico-social, des textes fondamentaux…

Et aussi…

Les offres d’emploi




Pas à pas au Castel

Pas à pas au Castel

En service civique pour huit mois, Thomas Clémence dynamise l’activité physique auprès des résidents du Foyer d’accueil médicalisé / spécialisé. Témoignage.

Exercice de marche pour un résident

Exercice de marche pour un résident

Exercice de marche pour un résident

Thomas Clémence se sert notamment du parcours de marche.

Thomas Clémence, jeune service civique venu des Vosges, mobilise depuis octobre et pour une durée de huit mois les résidents du FAM/FAS (Foyer d’accueil médicalisé / spécialisé) Le Castel à travers des activités telles que le parcours de marche, des balades dans la nature, la marche au sein de l’établissement et dans la cour ainsi qu’en reproduisant des exercices préventifs de kinésithérapie adaptés et spécifiques aux besoins des résidents.

Ces exercices lui sont enseignés par une des kinésithérapeutes du pôle SAM (Santé accompagnement médicalisé). Il raconte ses premières semaines et ses attentes pour la suite de l’expérience.

Favoriser le bien vieillir

«Présent auprès des résidents depuis début octobre, mon rôle est de proposer différents types d’activités « sportives » de manière à mobiliser les résidents dans le but de favoriser le bien vieillir. Avec comme ambition de devenir kinésithérapeute et après avoir terminé une licence dans le sport, cette expérience professionnelle à l’Apei Centre Alsace me semble très intéressante pour la suite. Plus précisément, ma mission s’inscrit dans une démarche préventive visant l’amélioration et / ou le maintien des capacités de mobilisation des résidents et de leur autonomie.

Pour ce faire, je suis en lien avec l’équipe pluridisciplinaire du Castel afin d’ajuster au mieux mes interventions auprès des résidents. De plus, j’utilise le matériel de gymnastique adaptée et ludique dont dispose le Castel et notamment un parcours de marche. Créé par des professionnels de santé, il permet de simuler différents mouvements de la vie quotidienne et ainsi de stimuler les fonctions locomotrices, d’améliorer l’équilibre et la confiance en soi.

En lien avec mon projet personnel de devenir kinésithérapeute, j’aimerais à travers ce parcours de marche mesurer l’évolution de la motricité des résidents à mon arrivée et à la fin de ma mission. »

– Thomas Clémence




Un été pour souffler…

Un été pour souffler…

Photo dans les montagnes

Souvenirs d’un séjour vacances au refuge du Sotré pour des résidents du Châtaignier © Apei Centre Alsace

Que ce soit au Moulin, au Charme, au Châtaignier, au Castel, Rue du Tabac ou à L’Ancienne Cour, les activités ont été multiples l’été dernier. Moments heureux après le confinement.

Retrouvez tous les articles…




[PHOTOS] Des sorties pour le Pôle SAM

Des sorties pour le Pôle SAM

56 résidents du Castel, du Charme et du Châtaignier ont profité de journées estivales. Au menu: musées, parcs, animations, restos…

Le groupe devant le musée

Parmi les visites proposées cette année, celle de l’exposition Christo et Jeanne-Claude au Musée Würth, à Erstein.

Comme les années précédentes, un séjour intra-muros a eu lieu au Moulin, du 3 au 21 août, pour les trois foyers du Pôle SAM (Santé accompagnement médicalisé): Le Châtaignier, Le Charme et Le Castel.

L’organisation a été modifiée cette année: ce sont uniquement les équipes éducatives du Pôle SAM qui ont encadré ces journées d’animation. Et, pour la première fois, les résidents du Castel se sont joints aux groupes.

Chaque jour, huit résidents (quatre du Châtaignier, deux du Charme et deux du Castel) qui n’avaient pas bénéficié de séjours de vacances durant l’année ont bénéficié de loisirs extérieurs. Au total, 56 résidents ont ainsi profité de ces journées estivales.

Les résidents ont bénéficié de visites diverses et variées: Musée du Train et Cité de l’Automobile à Mulhouse, Musée du Pain d’épices à Gertwiller, Musée Würth à Erstein, Musée du Jouet à Colmar, Jardins de Gaïa à Wittisheim, Naturoparc à Hunawihr, Parc du Petit Prince à Ungersheim, sans compter les multiples balades et sorties – au château du Hohlandsbourg, en bateau sur le lac de Gérardmer, au bowling, au restaurant, au cinéma…

Malgré l’annulation de certaines activités en raison des fortes chaleurs, l’équipe éducative a tout mis en œuvre pour reprogrammer des activités adéquates. Toutes se sont déroulées dans la bonne humeur.

Les résidents ont fait part de leur joie et de leur intérêt à partager ces journées avec des personnes connues ou non des autres services de l’Apei Centre Alsace.

– L’équipe du Pôle SAM

Dans le parc du Petit Prince

Visite chez Le Petit Prince à Ungersheim.

un résident jette une boule

Sortie bowling.

Le groupe au restaurant

Sortie pizza.

3 résidents entre des voitures

Sortie à la Cité de l’Automobile à Mulhouse

Un résident devant des pains d'épices

Au Musée du pain d’épices

Des résidents devant un enclos

Le Naturoparc à Hunawihr, des découvertes au calme…

une otarie

Au Naturoparc, les animaux pêcheurs se donnent en spectacles tous les jours, avec manchots, loutres, cormorans et une majestueuse otarie.

Les visites ont été très variées tout au long du mois d’août.




Séjours détente et plaisir pour des résidents du Castel

Séjours détente et plaisir pour des résidents du Castel

Trois groupes de résidents ont profité de séjours dans la vallée de la Bruche et dans les Vosges.

A l’initiative de l’équipe éducative du Castel et pour répondre au besoin de certains résidents de partir en vacances, trois SVI (séjours vacances interne) ont permis à 13 résidents de prendre un bol d’air frais à la montagne et aussi de se divertir, de se régaler, de se reposer.

 

A La Claquette

Le premier s’est déroulé du lundi 27 au jeudi 30 juillet, le second du jeudi 30 juillet au dimanche 2 août, à chaque fois pour cinq résidents et deux accompagnateurs, à La Claquette, dans la vallée de la Bruche.

Les deux groupes ont pris beaucoup de plaisir à être dans ce beau cadre de vie, tant pour le confort du gîte et la qualité de l’accueil, que pour la beauté des paysages vosgiens. Les vacanciers ont participé à diverses activités et sorties très appréciées: restaurant, bowling, cinéma, promenades et temps de repos en forêt… Un bon moment d’évasion et de sérénité.

A Cornimont

Dans la continuité, un dernier SVI estival a été organisé du lundi 24 au vendredi 30 août, pour trois résidents et deux accompagnateurs, cette fois à Cornimont, dans les Vosges. Les résidents ont été enchantés du programme: balade au bord du lac de Saulxures-sur-Moselotte, visite de musées, de jardins, de fromagerie, restaurant… Un moment apaisant et très ressourçant, avec pour maîtres mots sourire et bonne humeur.

– L’équipe du Castel




[REVUE DE PRESSE] « Une association solidaire face à la crise »

« Une association solidaire face à la crise »

l'équipe dans la cour

© DNA

Directrice du pôle santé accompagnement médicalisé de l’Apei Centre Alsace, qui gère dans la région de Sélestat une dizaine d’établissements et de services à destination des personnes en situation de handicap, Delphine Frank ronge son frein. «Malgré mon diplôme d’infirmière, je ne peux pas aller renforcer les équipes de l’hôpital…», se désole-t-elle. En tant que cadre au sein de l’Apei, elle doit rester aux manettes de son pôle. Même si c’est en télétravail depuis le 18 mars. «On a mis ça en place avec mon adjoint David Roche», explique-t-elle. «Jusqu’à la fin de cette semaine, il est sur place. Ce sera ensuite à mon tour, au moment du pic de la pandémie, de revenir au pôle.» Cette organisation a été réfléchie afin d’avoir toujours un des responsables disponibles. Car il y a de quoi faire à tous les niveaux.

Dans son article paru le 26 mars 2020, Thierry Martel fait le tour des services de l’Apei Centre Alsace, que ce soit les trois foyers du Pôle SAM (Santé accompagnement médicalisé), le Camsp (Centre d’action médico-sociale précoce), l’Esat (Etablissement et service d’aide par le travail) L’Évasion, l’accueil de jour du Moulin ou les deux services d’accompagnement (SAVS et Samsah).

LOGO du journal Les DNA




Une résidence artistique pour enrichir la vision du handicap et de la sexualité

Une résidence artistique pour enrichir la vision du handicap et de la sexualité

En résidence à l’Esat L’Évasion à Sélestat, la compagnie Frédéric Naud présente ce vendredi soir une lecture théâtrale de son projet de spectacle autour de la figure de Marcel Nuss. Tout au long de la semaine, les artistes ont enrichi leur vision du handicap auprès des personnes prises en charge à l’Apei Centre-Alsace.

Après une semaine de résidence à l’Évasion, Frédéric Naud et Jeanne Videau présentent une lecture théâtrale de leur spectacle Marcel Nu…, actuellement en construction © L’Alsace / Romain Gascon

 

Deux journalistes ont suivi le comédien-conteur Frédéric Naud et la comédienne et chanteuse Jeanne Videau. Les deux artistes ont passé toute la troisième semaine de janvier à L’Évasion et dans d’autres services de l’APEI Centre Alsace, notamment les foyers d’hébergement Le Castel, Le Châtaignier, Le Charme, La Rue du Tabac, ainsi qu’à l’accueil de jour Le Moulin. Ils ont également passé une journée à suivre les traces de l’Alsacien Marcel Nuss, d’Erstein à Strasbourg en passant par Fegersheim.

Une restitution de cette résidence d’artiste a lieu le vendredi 17 janvier à 20h30 à L’Évasion.

Retrouvez le reportage complet dans les Dernières Nouvelles d’Alsace et dans L’Alsace.

 

Et notamment l’article « Au Castel aussi, on s’aime », dans les Dernières Nouvelles d’Alsace et dans L’Alsace.

Frédéric Naud et Jeanne Videau ont rencontré plusieurs personnes en situation de handicap durant la semaine © Photo DNA / FE